Vivre plus longtemps, c’est une question de choix, d’objectif, de prévention, du souci de bien-être et de santé.L’espérance de vie de la race humaine varie suivant différents facteurs (qualité de la nutrition, qualité du logement, qualité de l’assainissement, facteur temps, hygiène, qualité de soins sanitaires, mode de vie en communauté, génération, temps de guerre, comportement personnel, physionomie, dégradation de l’environnement, changement climatique, recours incessant aux produits chimiques, pandémie et autre). Pour pouvoir garder cette espérance de vie sur le long terme, il faut suivre certains conseils.

Pourquoi vivre plus longtemps ?

Pour commencer, vivre plus longtemps n’est pas une question de vieillir plus longtemps. C’est plutôt une question de rester en bonne santé, comme plébiscité dans ce lien professionnel www.vivreplus.fr , demeurer de bonne humeur, s’épanouir aussi longtemps que possible. Ensuite, parmi les avantages personnels, on peut y trouver la possibilité de ralentir la dégradation corporelle et les différents maux (démence, dépendance, souffrance physique, souffrance morale et autre) y afférents, retarder la mort toutefois inévitable, poursuivre ses activités culturelles, ludiques, professionnelles et sociales…

Puis, comme avantages collectifs de la longévité de vie d’une personne, le fait de vouloir vivre longtemps limite la violence sociétale, constitue un meilleur geste pour l’environnement, sauve des vies, mieux se souvenir de la personne, limite les dépenses sanitaires relatives à la vieillesse, accumule plus d’expérience-paix-sagesse-savoir, une meilleure statistique en termes d’espérance de vie, exprime un dynamisme social, une fierté familiale et collective… Enfin, c’est un véritable choix que l’on peut prévoir, si l’on veut vraiment.  

En somme, c’est une question d’amélioration de la qualité (physique et morale) de vie de la race humaine.

Causes du ralentissement de la durée de vie

Divers phénomènes et/ou facteurs peuvent ralentir la durée de vie de l’humanité. Vous pouvez y trouver la carence nutritionnelle, les pathologies meurtrières (affections diarrhéiques, diabète, grippe, cancer, maladie respiratoire, maladie circulatoire, paludisme, pneumonie, sida, traumatisme, tuberculose, tumeurs et autre), la mort violente, la mauvaise qualité d’hygiène, le temps de guerre, la dégradation de l’environnement, le changement climatique fréquent, le déséquilibre de l’écosystème, le recours incessant aux produits alcooliques-chimiques-toxiques, la pandémie covid 19, la différence de style vie inter-génération, la mauvaise qualité et norme technique et professionnelle du logement, la physionomie et le comportement personnels, le mode de vie en communauté, les différentes formes d’accidents et autre.

A qui faire appel pour se faire conseiller ?

Pour vivre plus, il faut savoir privilégier différents conseils, astuces, ou recommandations ou avis véhiculés par les proches ou le professionnel (en ligne ou physique). Ensuite, ce sont les spécialistes qui privilégient différentes approches thérapeutiques à base du vert qui présente plus d’innocuité et d’efficacité en termes de remèdes. Puis, mieux vaut faire appel à celui qui a déjà montré ses preuves sur d’autres patients, celui qui présente plus d’ancienneté, plus de crédibilité, plus d’expérience et savoir-faire dans différents domaines qui peuvent améliorer votre bien-être, la qualité de votre santé physique et morale. Enfin, veuillez privilégier les professionnels en médecine alternative pour obtenir un meilleur rapport qualité-prix de consultation.

Comment vivre plus longtemps ?

L’être humain fonctionne grâce aux 5 organes (le goût, l’odorat, l’ouïe, le toucher, la vue) de sens qui s’activent correctement. A défaut de fonctionnement, mieux vaut les entretenir régulièrement comme il se doit. Ensuite, sachez que ce choix et/ou action doit se faire depuis votre jeune âge jusqu’à celui de retraite pour conserver ses conditions physiques et mentales le plus longtemps que possible. Comme, durant l’âge d’adolescence, l’enfant doit déjà apprendre à exercer régulièrement  ses ressources physiques et mentales. Il doit apprendre à réguler et à modérer ses modes de consommation (nourriture, eau, boisson) journalière… Et, durant l’âge de majorité, il doit également savoir varier ses habitudes personnelles et professionnelles. Il en est ainsi le fait de maîtriser le stress, manger et boire avec modération, s’exercer physiquement et régulièrement, savoir prendre et savourer son repos quand il en est temps, vivre dans des logements bios, manger à base de produit naturel, garder autant que possible l’hygiène et la salubrité…

Aussi, il faut vivre en harmonie avec la nature, vivre en harmonie avec la société, vivre en harmonie avec soi, accepter les différents cycles (enfance, adolescence, jeunesse, adulte, vieillesse) de la vie. En outre, il faut bien choisir les astuces grandes mères ou du moins se fier au professionnel en médecine douce pour rétablir sa santé pour une meilleure qualité. Techniquement, il faut savoir réguler la prédominance excessive du de la chaleur et du froid ainsi que bien retrouver régulièrement sa vitalité. Pour ce faire, profiter de vos moments disponibles pour faire du sport, du yoga, des randonnées, du voyage, des suivis médicaux si besoin… Pour voir plus loin, l’État doit engager des actions prioritaires dans le cadre de la santé publique, promouvoir l’agriculture pour inviter la population à consommer des alimentations vertes.

Conclusion, pour vivre plus longtemps, penser vert !